Risk Letter | Le Drawdown : de la mesure de risque à l’allocation d’actifs

L’investisseur rationnel cherche à maximiser son rendement tout en limitant ses pertes. Pourtant, les mesures de risque les plus utilisées, telles que la volatilité ou la VaR, ne lui donnent pas suffisamment d’indications sur le risque qu’il encourt sur son capital et ne lui permettent donc pas de prendre des décisions optimales.

Prenons par exemple la volatilité. Elle présente un certain nombre d’inconvénients que nous avons mis en avant dans une précédente Risk Letter [1]. En quantifiant la dispersion des rendements autour de leur moyenne, la mesure ignore leur séquence et même leur signe, et ne donne en conséquence pas d’information sur le profil de pertes d’un portefeuille.
Nous vous présentons dans cette Risk Letter, une mesure de risque plus explicite pour l’investisseur, qui peut être utilisée à la place ou en complément des mesures habituelles. Il s’agit du maximum drawdown, qui représente la pire perte subie par un portefeuille depuis son plus haut historique. Plus tangible, cet indicateur permet de prendre la mesure du risque encouru sur le capital.

Le drawdown est la mesure de risque préférée d’Active Asset Allocation. Cela fait plus de cinq ans que nous la mettons en avant, convaincus qu’une gestion vertueuse passe par un contrôle actif du drawdown. La gestion par le drawdown entraîne en effet quantité d’avantages pour l’investisseur et son gérant, parmi lesquels un parfait alignement d’intérêts, car qui dit préservation du capital pour l’investisseur, dit préservation du chiffre d’affaires du gérant.

Nous espérons vous convaincre, si ce n’est pas déjà le cas, de mettre le drawdown au menu de vos mesures de risques et sa gestion active au coeur de vos processus d’allocation.

 couverture RL 4 FR