Active Asset Allocation remercie les 130 personnes présentes au petit déjeuner conférence "La gestion du drawdown, nouvelle source de performance"

Toute l’équipe d’Active Asset Allocation remercie chaleureusement les 130 personnes présentes hier à notre petit déjeuner conférence sur le thème « La gestion du drawdown, nouvelle source de performance », organisé en partenariat avec FINANCE-INNOVATION et AF2i.

Merci aux intervenants pour leur participation et la qualité de leurs présentations!

La table ronde « Le drawdown dans la pratique« , animée par Stéphane Le Page, a été très riche en échanges. Ci-dessous quelques extraits

Jean-François Bouillon: « la notion de maximum drawdown permet de définir un cadre très précis avec un objectif de rendement, mais aussi une technicité qui rassure à la fois la direction opérationnelle et les administrateurs »

Michel Manteau: « sur le long terme, comme il y a des crises, protéger le portefeuille est une vraie source de performance, car il est possible de récupérer dans la baisse tous les manques à gagner de la valeur temps de votre couverture lorsque les marchés étaient stables ou haussier »; ensuite vous pouvez re-indexer le portefeuille et profiter de la hausse

Marc Renaud expliquant pour quelle raison Mandarine Gestion travaille avec AAA : « parmi nos clients, nous avons des investisseurs qui veulent gagner de l’argent, mais surtout ne pas en perdre donc l’idée de savoir combien on peut perdre au maximum est clairement un complément dont on a besoin »; d’ailleurs que ce soit en matière d’allocation sectorielle ou de couverture, « j’applique strictement ce que préconise AAA »

Caroline Le Meaux: « une partie des modèles doit être procyclique, mais une autre partie des modèles doit être contracyclique, en particulier en fin de période de crise quand il faut que le modèle se retourne…c’est très important que les modèles soient robustes et sérieux »

Adina Grigoriu: « Il faut absolument travailler avec les modèles stochastiques parce que ce qui va se passer dans le futur n’aura probablement rien à voir avec le passé »

« dans le modèle stochastique, on ne pose pas de probabilité sur chacun des scénarios simulés, on s’assure que quelque soit le scénario, le modèle est suffisamment bien calibré pour réagir vite et bien, pour donner un résultat compatible avec le budget de risque de l’investisseur ».

Adina Grigoriu

 

Pascal Dumont, Adina Grigoriu, Olivier Hiezely

 

Laetitia Permalama, Pascal Dumont, Adina Grigoriu, Olivier Hiezely